Texte décalé à droite dans des colonnes

Tout ce qui concerne l'utilisation ou l'installation de LaTeX.

Modérateur: gdm_tex

Règles du forum
Merci d'éviter le style SMS dans vos messages et de penser à utiliser la fonction Recherche avant de poster un message. Pour joindre des fichiers à vos messages, consulter ce sujet.
> Penser à utiliser les balises Code pour poster du code.

Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar Hurlu » Dimanche 23 Octobre 2016, 11:56

Bonjour,

Je rencontre un problème avec un texte mis en colonnes sur une feuille en mode paysage. Le texte des colonnes est décalé vers la droite. De ce fait, une partie du texte de la colonne de droite est dans "le vide". Je n'arrive pas à corriger cela... :?

Quelqu'un peut-il m'aider ?

Merci.

Code: Tout sélectionner
\documentclass[a4paper,12pt]{article}
\usepackage[margin=2.5cm]{geometry}
\usepackage[latin,greek,frenchb]{babel}
\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage{amssymb}
\usepackage{amsfonts}
\usepackage{pdflscape}
\usepackage{supertabular}
\usepackage{yfonts}
\usepackage{parallel}
\usepackage{metre}
\usepackage{setspace}
\onehalfspace
\usepackage[bottom]{footmisc}
\usepackage{reledmac}
\usepackage{reledpar}
\usepackage{pdflscape}
\usepackage[hidelinks]{hyperref}
\makeatletter


\begin{document}
\newpage
\tableofcontents
\newpage
\begin{landscape}
\section{Texte et traduction}
\begin{pairs}
\setlength{\Lcolwidth}{0.7\textwidth}
\setlength{\Rcolwidth}{0.7\textwidth}
\begin{Leftside}
\beginnumbering
\setline{1}
\setstanzaindents{0,1}
\setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
\pstart
\noindent
... At tibi Colchorum, memini, regina uacaui,

Ars mea cum peteres ut tibi ferret opem.\\
Tunc, quae dispensant mortalia fata, sorores

Debuerant fusos euoluisse meos.\\
Tum potui Medea mori bene. Quidquid ab illo

Produxi uitam tempore, poena fuit.\\
Ei mihi ! cur umquam iuuenalibus acta lacertis

Phrixeam petiit Pelias arbor ouem ? \\
Cur umquam Colchi Magnetida uidimus Argon

Turbaque Phasiacam Graia bibistis aquam ?\\
Cur mihi plus aequo flaui placuere capilli

Et decor et linguae gratia ficta tuae ?\\
Aut, semel in nostras quoniam noua puppis harenas

Venerat, audacis attuleratque uiros,\\
Isset anhelatos non praemedicatus in ignes

Inmemor Aesonides \textit{ae}raque adunca boum ;\\
Semina iecisset, totidem quot se \texit{ue}rat [et] hostes,

Vt caderet cultu cultor ab ipse suo.\\
Quantum perfidiae tecum, scelerate, perisset !

Dempta forent capiti quam mala multa meo !\\ 
Est aliqua ingrato meritum exprobrare uoluptas ;

Hac fruar, haec de te gaudia sola feram. \\
Iussus inexpertam Colchos aduertere puppim

Intrasti patriae regna beata meae. \\
Hoc illic Medea fui noua nupta quod hic est ;

Quam pater est illi, tam mihi diues erat ; \\
Hic Ephyren bimarem, Scythia tenus ille niuosa

Omne tenet, Ponti qua plaga laeua iacet.\\
Accipit hospitio iuuenes Aeeta Pelasgos,


Et premitis pictos, corpora Graia, toros. \\
Tunc ego te uidi ; tunc coepi scire quis esses ;

Illa fuit mentis prima ruina meae. \\
Et uidi et perii nec notis ignibus arsi,

Ardet ut ad magnos pinea taeda deos. \\
Et formosus eras et me mea fata trahebant ;

Abstulerant oculi lumina nostra tui. \\
Perfide, sensisti. Quis enim bene celat amorem ?

Eminet indicio prodita flamma suo. \\
Dicitur interea tibi \textit{l}ex, ut dura ferorum

Insolito premeres uomere colla boum. \\
Martis erant tauri plus quam per cornua saeui,

Quorum terribilis spiritus ignis erat, \\
Aere pedes solidi praetentaque naribus aera,

Nigra per adflatus haec quoque facta suos ; \\
Semina praeterea populos genitura iuberis

Spargere deuota lata per arua manu, \\
Cui peterent natis secum tua corpora telis ;

Illa est agricolae messis iniqua suo ; \\
Lumina custodis succumbere nescia somno

Vltimus est aliqua decipere arte labor. \\
Dixerat Aeetes ; maesti consurgitis omnes,

Mensaque purpureos deserit alta toros. \\
Quam tibi tunc longe regnum dotale Creusae

Et socer et magni nata Creontis erat? \\
Tristis abis ; oculis abeuntem prosequor udis,

Et dixit tenui murmure lingua \og uale \fg. \\
Vt positum tetigi thalamo male saucia lectum,

Acta est per lacrimas nox mihi, quanta fuit ; \\
Ante oculos taurique meos segetesque nefandae,

Ante meos oculos peruigil anguis erat. \\
Hinc amor, hinc timor est ; ipsum timor auget amorem.

Mane erat et thalamo cara recepta soror \\
Disiectamque comas a\textit{u}ersaque in ora iacentem

Inuenit et lacrimis omnia plena meis. \\
Orat opem Minyis, alter petit, alter habebit

Aesonio iuueni, quod orgat illa, damus. \\
Est nemus et piceis et frondibus illicis atrum ;

Vix illuc radiis solis adire licet. \\
Sunt in eo (fuerant certe) delubra Dianae ;

Aurea barbarica stat dea facta manu. \\
N\textit{o}scis an exciderunt mecum loca ? Venimus illuc ;

Orsus es infido sic prior ore loqui : \\
\og Ius tibi et arbitrium nostrae fortuna salutis

Tradidit inque tua est uitaque morsque manu. \\
Perdere posse sat est, siquem iuuet i\textit{st}a potestas :

Sed tibi seruatus gloria maior ero. \\
Per mala nostra precor, quorum potes esse leuamen,

Per genus et numen cuncta uidentis aui, \\
Per triplicis uultus arcanaque sacra Dianae

Et si forte aliquos gens habet ista deos, \\
O uirgo, miserere mei, miserere meorum ;

Effice me meritis tempus in omne tuum. \\
Quodsi forte uirum non dedignare Pelasgum

(Sed mihi tam faciles unde meosque deos ?) \\
Spiritus ante meus tenues uanescet in auras

Quam thalamo nisi tu nupta sit ulla meo. \\
Conscia sit Iuno sacris praefecta maritis

Et dea, marmorea cuius in aede sumus. \fg \\
Haec animum (et quota pars haec sunt ?) mouere puellae

Simplicis et dextrae dextera iuncta meae. \\
Vidi etiam lacrimas (an \textit{et} ars est fraudis in illis ?) ;

Sic cito cum uerbis capta puella tuis. \\
Iungis et aeripedes inadusto corpore tauros

Et solidam iusso uomere findis humum. \\
Arua uenenatis pro semine dentibus imples ;

Nascitur et gladios scutaque miles habet ; \\
Ipsa ego, quae dederam medicamina, pallida sedi,

Cum uidi subitos arma tenere uiros, \\
Donec terrigenae, facinus mirabile, fratres

Inter se strictas conseruere manus. \\
Insopor ecce draco squamis crepitantibus horrens

Sibilat et torto pectore uerrit humum.\\
Dotis opes ubi erant? ubi erat tibi regia coniunx

Quique maris gemini distinet Isthmos aquas ? \\
Illa ego, quae tibi sunt nunc denique barbara facta,

Nunc tibi sum pauper, nunc tibi uisa nocens, \\
Flammea subduxi medicato lumina somno

Et tibi, quae raperes, uellera tuta dedi. \\
Proditus est genitor, regnum patriamque reliqui ;

Optima cum cara matre relicta soror ; \\
Virginitas facta est peregrini praeda latronis ;

Munus, in exilio quodlibet esse, tuli.\\
At non te fugiens sine me, germane, reliqui ;

Deficit hoc uno littera nostra loco ; \\
Quod facere ausa mea est, non audet scribere dextra ;

Sic ego, sed tecum, dilaceranda fui. \\
Nec tamen extimui (quid enim post illa timerem ?)

Credere me pelago, femina iamque nocens. \\
Numen ubi est ? ubi di ? meritas subeamus in alto

Tu fraudis poenas, credulitatis ego.\\
Comp\textit{lex}os utinam Symplegades elisissent

Nostraque adhaererent ossibus ossa tuis, \\
Aut nos Scylla rapax canibus misisset edendos

(Debuit ingratis Scylla nocere uiris), \\
Quaeque uomit totidem fluctus totidemque resorbet,

Nos quoque Trinacriae supposuisset aquae ! \\
Sospes ad Haemonias uictorque reuerteris urbes ;

Ponitur ad patrios aurea lana deos. \\
Quid referam Peliae natas pietate nocentes

Caesaque uirginea membra paterna manu ? \\
[Vt culpent alii, tibi me laudare necesse est,

Pro quo sum totiens esse coacta nocens. ] \\
Ausus es (o ! iusto desunt sua uerba dolori),

Ausus es \og Aesonia, dicere, cede domo. \fg \\
Iussa domo cessi natis comitata duobus

Et, qui me sequitur semper, amore tui. \\
Vt subito nostras Hymen cantatus ad aures

Venit et accenso lampades igne micant \\
Tibiaque effundit socialia carmina uobis,

Ei mihi ! funerea flebiliora tuba, \\
Pertimui nec adhuc tantum seclus esse putabam ;

Sed tamen in toto pectore frigus erat. \\
Turba ruunt et \og Hymen \fg clamant \og Hymenaee \fg frequenter ;

Quo propior uox haec, hoc mihi peius erat. \\
Diuersi flebant serui lacrimasque tegebant

(Quis uellet tanti nuntius esse mali ?) ; \\
Me quoque, quidquid erat, potius nescire iuuabat,

Sed tamquam scirem, mens mea tristis erat, \\
Cum minor e pueris \textit{casu} studio\textit{ue} uidendi

Adstitit ad geminae limina prima foris : \\
\og H\textit{u}c mihi, mater, a\textit{d}i ! pompam pater, inquit, Iason

Ducit et adiunctos aureus urget equos. \fg \\
Protinus abscissa planxi mea pectora ueste

Tuta nec a digitis ora fuere meis. \\
Ire animus mediae suadebat in agmina turbae

Sertaque compositis demere rapta comis ; \\
Vix me continui quin sic laniata capillos

Clamarem \og meus est \fg iniceremque manus. \\
Laese pater, gaude ; Colchi gaudete relicti ;

Inferias umbrae fratris habete mei ; \\
Deseror amissis regno patriaque domoque

Coniuge, qui nobis omnia solus erat. \\
Serpentis igitur potui taurosque furentes,

Vnum non potui perdomuisse, uirum ; \\
Quaeque feros pepuli doctis medicatibus ignes,

Non ualeo flammas effugere ipsa meas. \\
Ipsi me cantus herbaeque artesque relinquunt ;

Nil dea, nil Hecates sacra potentis agunt. \\
Non mihi grata dies ; noctes uigilantur amarae,

\textit{Et} tener a \textit{m}isero pectore somnus \textit{a}b\textit{i}t ; \\
Quae me non possum, potui sopire draconem ;

Vtilior cuius quam mihi cura mea est. \\
Quos ego seruaui, paelex amplectitur artus

Et nostri fructus illa laboris habet. \\
Forsitan et, stultae dum te iactare maritae

Quaeris et in\textit{fe}stis auribus apta loqui, \\
In faciem moresque meos noua crimina fingas.

Rideat et uitiis laeta sit illa meis ; \\
Rideat et Tyrio iaceat sublimis in ostro.

Flebit et ardores uincet adusta meos. \\
Dum ferrum flammaeque aderunt sucusque ueneni,

Hostis Medeae nullus inultus erit. \\
Quodsi forte preces praecordia ferrea tangunt,

Nunc animis audi uerba minora meis. \\
\textit{T}am tibi sum supplex quam tu mihi saep fuisti,

Nec moror ante tuos procubuisse pedes. \\
Si tibi sum uilis, communis respice natos :

Saeuiet in partus dira nouerca meos. \\
Et nimium similes tibi sunt et imagine tangor

Et quotiens uideo lumina nostra madent. \\
Per superos oro, per auitae lumina flammae,

Per meritum et natos, pignora nostra, duos, \\
Redde torum, pro quo tot res insana reliqui.

Adde fidem dictis auxiliumque refer. \\
Non ego te imploro contra taurosque uirosque,

Vtque tua serpens uicta quiescat ope. \\
Te peto, quem merui, quem nobis ipse dedisti,

Cum quo sum pariter facta parente parens. \\
Dos ubi sit, quaeris ? Campo numerauimus illo

Quid tibi laturo uellus arandus erat ; \\
A\textit{rdu}us ille aries uillo spectabilis auro

Dos mea, quam, dicam si tibi \og redde \fg, neges. \\
Dos mea tu sospes, dos est mea Graia iuuentus.

I nunc, Sisyphias, improbe, confer opes. \\
Quod uiuis, quod habes nuptam socerumque potentis,

Hoc ipsum, ingratus quod potes esse, meum est. \\
Quos equidem actutum... Sed quid praedicere poenam

Attinet ? Ingentis parturit ira minas. \\
Quo feret ira, sequar. Facti fortasse pigebit ;

Et piget infido consuluisse uiro. \\
Viderit ista deus, qui nunc mea pectora uersat.

Nescio quid certe mens mea maius agit. \\
\pend
\endnumbering
\end{Leftside}
\begin{Rightside}
\beginnumbering
\pstart
\noindent
... Mais, pour toi, à mon souvenir, je me suis consacrée, bien que reine des Colchidiens, lorsque tu implorais mon art pour te venir en aide. Alors, les soeurs qui partagent les sorts des mortels auraient dû dérouler mon fuseau. Alors, j'aurais pu, Médée, mourir dignement.  Depuis lors, ce qui s'est continué de ma vie ne fut que douleur. Hélas ! Pourquoi un jour, l'arbre de Pélion, guidé par de jeunes bras, a-t-il navigué vers le bélier de Phrixus ? Pourquoi avons-nous vu un jour en Colchide l'Argo de Magnésie ? Pourquoi, troupe grecque, t'es-tu abreuvée à l'eau du Phase ? Pourquoi tes cheveux dorés, ta beauté et la grâce feinte de ta langue m'ont-ils charmée plus que de raison ? Ou bien, puisqu'une fois une nouvelle poupe avait touché nos sables et avait apporté d'audacieux hommes, que n'a-t-il, l'ingrat fils d'Eson , affronté sans protection les feux qu'exhalent les taureaux et leurs cornes d'airain recourbées? Pourquoi n'a-t-il pas jeté autant de graines qu'il avait semé d'ennemis pour que le cultivateur meurt de sa propre culture ?  Combien de perfidie auraient péri avec toi, scélérat ! Combien de maux auraient épargné ma tête ! Il y a quelque plaisir à reprocher un bienfait à un ingrat. Je m'en délecterai, seule réjouissance que j'obtiendrai de toi. Contraint, sans expérience, de diriger ta poupe vers les Colchidiens, tu pénétras dans les royaumes bienheureux de ma patrie. Là-bas, Médée, je fus ce que ta nouvelle épouse est ici. Son père est aussi riche qu'était le mien. L'un gouverne Ephyré baigné de deux mers, l'autre toute la région depuis la rive gauche du Pont jusqu'à la Scythie neigeuse. \\

Eétès accueille comme hôte des jeunes Pélasgiens et vous foulez de vos corps de Grecs nos couches brodées. Alors, moi je t'ai vu ; alors j'ai commencé à savoir qui tu étais. Cette rencontre fut la première déchéance pour mon esprit. Et je t'ai vu et je fus perdue et je brûlai de feux inconnus, comme brûle la torche de pin devant les grands dieux. Et tu étais beau et mes destins m'entraînaient. Perfide, tu l'as senti. Qui est en effet capable de bien dissimuler l'amour ? La flamme trahie s'élève par sa propre révélation. Cependant, la loi te dictait d'attacher la charrue inaccoutumé au cou rebelle des taureaux indomptés. Les taureaux de Mars n'étaient pas seulement sauvages par leurs cornes ; leur souffle terrible était du feu, d'airain étaient leurs pieds massifs, leurs naseaux d'airain, rendu noir par leur souffle. En outre, on t'ordonne de semer de la main obéissante à travers des champs étendus des graines qui produiront des peuples qui attaqueront ton corps de traits nés avec eux. Cette moisson est défavorable pour son cultivateur. Tromper par quelque art les yeux du gardien qui ne sait succomber au sommeil, voilà ta dernière épreuve. Eétès avait parlé ; vous vous levez tous affligés, la table altière se sépare de ses couches de pourpre. Combien, pour toi, le royaume, dot de Créüse était alors loin et ton beau-père et la fille du grand Créon ?  Triste, tu t'éloignes ; Mes yeux humides te suivent du regard, toi qui pars, et ma langue te dit d'un fin murmure : \og Adieu \fg. Dès que je touchais mon lit dressé dans ma chambre, blessée par un mal, la nuit aussi longue fût-elle, était inondée de mes larmes. Devant mes yeux, les taureaux et les moissons criminelles, devant mes yeux le dragon qui veille. D'un côté l'amour, d'un autre la crainte ; La crainte augmente l'amour lui-même. Ce fut le matin et ma soeur chérie, reçue dans ma chambre, me trouva les cheveux défaits, couchée sur la face, tout chose remplie de mes larmes. Elle demande assistance pour les Myniens, l'un demande, l'autre recevra. Sa requête, c'est au fils d'Eson que nous l'accordons. Il y a un bois assombri par les sapins et les feuillages d'yeuse ; à peine les rayons du soleil peuvent y pénétrer. Il s'y trouve (du moins s'y trouvaient) des temples consacrés à Diane ; une statue dorée de la déesse s'y trouve, façonnée par une main barbare. Le sais-tu ou ces lieux ont-ils disparu en même temps que mon souvenir ? Nous y sommes allés ; d'une bouche déloyale, tu commenças à parler le premier : \og la fortune t'a donné le droit d'arbitrer notre destinée et ma vie et ma mort sont dans tes mains. C'est assez de pouvoir perdre ... Mais ... Je t'en conjure, par nos maux, dont tu peux être l'allègement, par ta race et par la puissance divine de ton aïeul qui voit tout, par le visage et les rites sacrés de la triple Diane, et si par hasard cette nation a d'autre dieux, ô, vierge, prends pitié de moi, prends pitié des miens.  Fais-moi tienne pour toujours par tes bienfaits. Que si d'aventure tu ne dédaignes pas un grec comme époux (mais comment les dieux me seraient-ils si favorables ?), mon esprit se dissipera dans les airs subtils avant qu'une autre épouse ne partage mon lit sinon toi. Que Junon soit complice, elle qui préside aux rites conjugaux et la déesse dont nous occupons le temple de marbre. \fg Ce serment, (et combien fut-il une partie!) émut l'esprit ingénu d'une jeune fille et ta main droite jointe à ma main. J'ai même vu des larmes (Existe-t-il  un artifice de tromperie pour celles-ci aussi?) ; C'est ainsi que la jeune fille fut rapidement prise par tes paroles. Tu attelles les tauraux aux pieds d'airain sans que ton corps ne soit brûlé et tu fends la terre compacte avec la charrue, comme prescrit. Tu remplis les sillons de dents envenimées, comme semences ; des soldats en naissent et ils portent boucliers et glaives. Moi-même, qui t'avais donné le philtre, je m'assis, toute pâle, lorsque je vis des hommes imprévus tenir des armes jusqu'à ce que ses frères issus de la terre, ô phénomène incroyable !,  eussent dirigé contre eux leurs épées daigénées.  Voici le dragon qui ne dort jamais, hérissé d'écailles retentissantes, siffla et balaya la terre de son poitrail sinueux. Où étaient les richesses de ta dot ? Où était ta royale épouse et l'Isthme qui sépare les eaux d'une double mer. Moi, celle qui, finalement, suis maintenant devenue barbare pour toi, qui maintenant t'ai semblé pauvre, qui t'ai semblé criminelle, j'ai soumis au sommeil ses yeux de flamme par un charme et je t'ai donné la toison que tu as ravi sans péril. Mon père a été trahi, j'ai délaissé mon royaume et ma patrie. Avec une mère chérie, la meilleure soeur a été abandonnée ; Ma virginité est devenue la butin d'un voleur étranger. Etre en exil, où que ce soit, je l'ai supporté comme une faveur. Mais, en fugiens, mon frère, je ne t'ai pas laissé sans moi. En ce lieu seul notre lettre est incomplète ; Ce que ma main droite a osé accomplir, elle n'ose pas l'écrire. Ainsi, moi, j'aurai dû être mise en pièce, mais avec toi. Cependant, je n'ai pas craint (car, que pouvais-je craindre après cela ?)  de me confier à la mer, étant femme et déjà coupable. Où est la puissance divine, où sont les dieux ? Nous aurions dû subir en haute mer des châtiments mérités dans la mer, toi, celle de ta perfidie, moi, celle de a crédulité. Si seulement les Symplégades nous avaient brisés, nous étant enlacés, et mes os auraient  collés à tes os, ou si l'avide Scylla nous avait envoyé à dévorer aux chiens (Scylla aurait dû causer du tort aux hommes ingrats), et celle qui autant de flots et qui en ravale autant, aurait dû nous soumettre aussi aux eaux de la Sicile. Sauvé et vainqueur, tu reviens aux villes Hémoniennes. La laine dorée est offerte aux dieux de la patrie. Pourquoi rappelerais-je les filles de Pélias, criminelles par leur affection, les membres paternels découpés par une main virginale ? [ Bien que d'autres soient coupables, il est nécessaire pour toi de me louer, toi en faveur de qui j'ai été si souvent contraite d'être criminelle.] Tu as osé (ô ! les mots manquent à ma juste souffrance), tu as osé dire : \og retire-toi du palais d'Eson. \fg Sur cet ordre, j'ai quitté le palais accompagné de mes deux enfants et  mon amour pour toi qui me suit toujours. Aussitôt que le chant d'Hyménée chanté vint à mes oreilles, et que brillent les torches brulèrent d'un feu ardent, et que la flûte déseversa sur moi ses chants nuptiaux, hélas ! pour moi ! plus lamentables que la trompette funéraire, je suis épouvantée et je ne pensais pas encore que le crime fut si grand ; Mais cependant, le froid s'emparait de toute ma poitrine. La foule se rue et crie \og Hymen\fg \og Hyménée \fg fréquemment ; plus les voix étaient proche, pire cela était pour moi. Mes esclaves, de tous côtés, pleuraient et cachaient leurs larmes (Qui voudrait être le messager d'un si grand malheur ?) ; Quel qu'il soit, il me plaisait mieux de ne pas le connaître, mais comme si je le connaissais, mon esprit était triste, lorsque le plus petit de mes enfants, par hasard ou par envie de voir se plaça sur le seuil de la porte à deux battants : \og viens près de moi, mère ! Jason, mon père, conduit le cortège et orné d'or, presse les chevaux attelés. \fg Immédiatement, après avoir déchiré mon vêtement, j'ai frappé ma poitrine et mon visage ne fut pas à l'abri de mes doigts. Mon esprit me persuadait de me rendre dans le cortège, au milieu de la foule, et d'ôter les couronnes ravies aux cheveux bien coiffés. Je me retins à peine de crier, les cheveux déchirés, \og il est mien ! \fg et mettre ma main sur toi. Père que j'ai outragé, réjouis-toi ; Colchidiens que j'ai abandonné, réjouissez-vous ! Ombres de mon frère, recevez-moi comme victime expiatoire ! Je suis abandonnée, j'ai perdu et mon royaume, et ma patrie, et ma maison et mon époux, qui seul était tout pour moi. J'ai donc dompté complètement les serpents et les taureaux furieux, je fus incapable de dompter un homme, un seul ; moi qui ai chassé les feux sauvages de mes philtres  savants, je n'ai pas la force d'échapper de moi-même à mes propres flammes. Mes charmes, mes herbes, mon art eux-mêmes m'abandonnent. Ni la déesse, ni les mystères de la puissante Hécate ne m'apportent rien ; Le jour ne m'est plus agréable ; des nuits amères se passent sans dormir, et le tendre sommeil s'éloigne de mon coeur malheureux ; moi qui ai pu assoupir le dagron, je ne peux m'assoupir. Ma science est plus utile à quiconque qu'à moi-même. Les membres que j'ai sauvé, une rivale les étreint et c'est celle-là qui jouit des fruits de mes peines. Et peut-être aussi, tandis que tu cherches à te vanter auprès de ta folle épouse et que tu cherches à lui dire des paroles conformes à ses oreilles ennemies, tu façonnes sans doute\footnote{Nous avons rendu le subjonctif latin par cette expression.} de nouvelles accusations contre ma face et mes moeurs. Qu'elle rie et qu'elle soit joyeuse de mes vices, Qu'elle rie et qu'elle se couche, sublime, sur de la pourpre de Tyr. Elle pleura et brûlée, elle surpassera mes feux. Tant que le fer et les flammes et le suc du venin seront présents, nul ennemi de Médée ne sera impuni. Que si par hasard les prières touchent un coeur de fer, maintenant, écoute des paroles plus simples que mes sentiments. Devant toi, je suis aussi suppliante que toi tu le fus à de multiples reprises, et je n'hésite pas à tomber à tes pieds. Si je te suis méprisable, tourne ton regard vesr nos enfants communs. La cruelle marâtre sévira contre mes enfants. Ils te sont trop semblables et je suis touchée par cette ressemblance et chaque fois que je les vois, mes yeux sont mouillés. Je t'en conjure, par les dieux d'en-haut, par la lumière de la flamme ancestrale, par mon service, par nos deux enfants, notre gage, rends-moi cette couche pour laquelle, insensée, j'ai abandonné tant de choses. Sois fidèle à tes promesses et viens à mon secours. Moi, je ne t'implore pas contre des taureaux et des hommes et pour qu'un serpent demeure endormi, vaincu par mon aide. C'est toi que je demande, toi que j'ai mérité, c'est toi qui t'es donné à moi, c'est avec toi devenu père que je suis devenue mère. Tu me demandes où est ma dot ? Je l'ai comptée dans ce champ qui a été labouré par toi pour emporter la toison. Ce bélier, difficile [à conquérir], brillant de ses poils d'or, est ma dot que si je te disais : \og rends-la \fg, tu refuserais. Ma dot, c'est celle qui t'a sauvé, ma dot, c'est la jeunesse grecque. Va maintenant, malhonnête, compare les richesses du fils de Sisyphe. Que tu vives, que tu aies une épouse et un beau-père puissants, cela-même, que tu puisses être ingrat, cela est mon oeuvre. Ce qu' assurément incessament... Mais quel est l'intérêt d'annoncer le châtiment ? L'ire enfante d'immenses menaces. La colère guidera mes actes. Peut-être me repentirai-je de mes agissement ; Et je me repends d'avoir veillé sur un mair infidèle. Le dieu qui bouleverse mon couer aura vu cela. Je ne sais ce qu'assurément mon esprit médite de plus grand.

\pend
\endnumbering
\end{Rightside}
\end{pairs}
\Columns
\end{landscape}
\newpage
\section{Vocabulaire}
\newpage
\end{document}
Hurlu
Déca-utilisateur
 
Messages: 41
Inscription: Mercredi 09 Mars 2016, 14:40
Statut actuel: Actif et salarié

Publicité

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar gigiair » Dimanche 23 Octobre 2016, 16:30

Pas mal d'erreurs qui font que la compilation ne se déroule pas normalement. Le rendu est donc aléatoire.
- \texit n'est pas une macro connue (ligne 63) J'imagine qu'il s'agit de \textit
Après \\ le crochet ouvrant sera compris comme une indication d'espacement vertical et attend une valeurd'espacement et un crochet droit fermant.
Je m'en suis sorti en insérant un caractère invisible de largeur nulle : \strut (lignes 235-236)
Code: Tout sélectionner
Caesaque uirginea membra paterna manu ? \\
    \strut[Vt culpent alii, tibi me laudare necesse est,
   

Autrement, ça parait correct.
Il faut toujours parcourir le fichier log à la recherche d'erreurs. Quand il y en a, si la compilation se fait avec -interaction=nonstopmode, le compilateur peut continuer comme un âne et rendre un fichier affichable, mais c'est alors du n'importe quoi.
JJR.
LaTeXien migrateur.
gigiair
Exa-utilisateur
 
Messages: 2243
Inscription: Samedi 08 Juillet 2006, 19:56
Localisation: Saint Bonnet Elvert
Statut actuel: Actif et salarié

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar Hurlu » Dimanche 23 Octobre 2016, 17:30

Merci pour la réponse.

En ce qui concerne, le crochet, il n’apparaissait pas sur le pdf après compilation. J'avais donc mis un backslash pour qu'il s'imprime. La commande \strut fonctionne.

J'ai finalement résolu le problème du décalage du texte en mettant la commande \Columns avant la commande \pairs.

Or le fichier log me signale cela comme une erreur : il m'indique Package reledpar Error: \Columns must be called *outside* of the `pairs` environment
Hurlu
Déca-utilisateur
 
Messages: 41
Inscription: Mercredi 09 Mars 2016, 14:40
Statut actuel: Actif et salarié

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar gigiair » Dimanche 23 Octobre 2016, 17:51

le symbole \[ est l'ouverture d'un environnement mathématique hors ligne, il attend la fermeture \].
C'est un miracle si ça fonctionne sans.
Pour le reste je ne suis pas compétent.
JJR.
LaTeXien migrateur.
gigiair
Exa-utilisateur
 
Messages: 2243
Inscription: Samedi 08 Juillet 2006, 19:56
Localisation: Saint Bonnet Elvert
Statut actuel: Actif et salarié

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar gigiair » Lundi 24 Octobre 2016, 15:35

je ne connais ni eldepar ni eldemac, j'ai vaguement parcouru la doc.
J'ai utilisé le « TeX-fold-mode » d'Emacs pour analyser un peu le code qui est assez monstrueux. Pas vraiment un ECM.
Voilà ce que ça donne si on replie les environnements Leftside et Rightside
Code: Tout sélectionner
 \begin{document}
% \newpage : il n'y a pas d'ancienne page, il ne peut pas y en avoir une nouvelle !
% Si on veut une page blanche précéder \newpage de \strut, par exemple.
    \strut\newpage
    \tableofcontents
    \newpage
    \begin{landscape}
      \section{Texte et traduction}
      \begin{pairs}
        \setlength{\Lcolwidth}{0.7\textwidth}
        \setlength{\Rcolwidth}{0.7\textwidth}
        [Leftside]  % environnement plié
        [Rightside] % id
      \end{pairs}
      \Columns
    \end{landscape}
    \newpage
    \section{Vocabulaire}
    \newpage
    \end{document}

Il apparaît que les deux colonnes font (0.7+0.7)\textwidth= 1.4\textwidth, il est clair qu'il va y avoir un conflit et des débordements.
J'ai essayé avec 0.49\textwidth pour chaque colonne, et je trouve que ça a meilleure allure. (0.49 et pas 0.5 pour laisser un peu de « jeu » entre les deux colonnes et éviter les retours à la ligne intempestifs)

PS :
En commentant les deux setlentgth, la largeur par défaut est de 0.45\textwidth et ça va très bien.
Je trouve aussi qu'un \columnsposition{C} fait bien, mais je ne connais pas ton désir.
JJR.
LaTeXien migrateur.
gigiair
Exa-utilisateur
 
Messages: 2243
Inscription: Samedi 08 Juillet 2006, 19:56
Localisation: Saint Bonnet Elvert
Statut actuel: Actif et salarié

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar balf » Mardi 25 Octobre 2016, 00:01

Voici un code qui fonctionne à peu près, pour autant que j'aie compris le fonctionnement de l'extension. J'ai fixé la largeur des colonnes à 0.45et 0.49 \textheight, avant de rentrer dans l'environnement landscape.

D'autre part il me semble qu'il y a quelques légères erreurs ou approximations de traduction (p. ex. Éphyré, qui est un ancien nom de Corinthe, devrait être baignée de deux mers).

Code: Tout sélectionner
    \documentclass[a4paper,12pt]{article}
    \usepackage[margin=2.5cm, a4paper]{geometry}
    \usepackage[latin,greek,frenchb]{babel}
    \usepackage[utf8]{inputenc}
    \usepackage[T1]{fontenc}
    \usepackage{lmodern}
    \usepackage{amsfonts, amssymb}
   \usepackage{pdflscape}
    \usepackage{supertabular}
    \usepackage{yfonts}
    \usepackage{parallel}
    \usepackage{metre}
    \usepackage{setspace}
    \onehalfspace
    \usepackage[bottom]{footmisc}
    \usepackage{reledmac}
    \usepackage{reledpar}
    \usepackage{pdflscape}
    \usepackage[hidelinks]{hyperref}
    \makeatletter

    \setlength{\columnrulewidth}{0.4pt}
    \begin{document}
    \newpage
    \tableofcontents%

  \setlength{\Lcolwidth}{0.45\textheight}
 \setlength{\Rcolwidth}{0.49\textheight}
  \begin{landscape}

    \section{Texte et traduction}
    \begin{pairs}
    \begin{Leftside}
    \beginnumbering
    \setline{1}
    \setstanzaindents{0,1}
    \setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
    \pstart
    \noindent
        ... At tibi Colchorum, memini, regina uacaui,

    Ars mea cum peteres ut tibi ferret opem.\\
    Tunc, quae dispensant mortalia fata, sorores

    Debuerant fusos euoluisse meos.\\
    Tum potui Medea mori bene. Quidquid ab illo

    Produxi uitam tempore, poena fuit.\\
    Ei mihi ! cur umquam iuuenalibus acta lacertis

    Phrixeam petiit Pelias arbor ouem ? \\
    Cur umquam Colchi Magnetida uidimus Argon

    Turbaque Phasiacam Graia bibistis aquam ?\\
    Cur mihi plus aequo flaui placuere capilli

    Et decor et linguae gratia ficta tuae ?\\
    Aut, semel in nostras quoniam noua puppis harenas

    Venerat, audacis attuleratque uiros,\\
    Isset anhelatos non praemedicatus in ignes

    Inmemor Aesonides \textit{ae}raque adunca boum ;\\
    Semina iecisset, totidem quot se \textit{ue}rat [et] hostes,

    Vt caderet cultu cultor ab ipse suo.\\
    Quantum perfidiae tecum, scelerate, perisset !

    Dempta forent capiti quam mala multa meo !\\ Est aliqua ingrato meritum exprobrare uoluptas ;

    Hac fruar, haec de te gaudia sola feram. \\
    Iussus inexpertam Colchos aduertere puppim

    Intrasti patriae regna beata meae. \\
    Hoc illic Medea fui noua nupta quod hic est ;

    Quam pater est illi, tam mihi diues erat ; \\
    Hic Ephyren bimarem, Scythia tenus ille niuosa

    Omne tenet, Ponti qua plaga laeua iacet.\\
    Accipit hospitio iuuenes Aeeta Pelasgos,


    Et premitis pictos, corpora Graia, toros. \\
    Tunc ego te uidi ; tunc coepi scire quis esses ;

    Illa fuit mentis prima ruina meae. \\
    Et uidi et perii nec notis ignibus arsi,

    Ardet ut ad magnos pinea taeda deos. \\
    Et formosus eras et me mea fata trahebant ;

    Abstulerant oculi lumina nostra tui. \\
    Perfide, sensisti. Quis enim bene celat amorem ?

    Eminet indicio prodita flamma suo. \\
    Dicitur interea tibi \textit{l}ex, ut dura ferorum

    Insolito premeres uomere colla boum. \\
    Martis erant tauri plus quam per cornua saeui,

    Quorum terribilis spiritus ignis erat, \\
    Aere pedes solidi praetentaque naribus aera,

    Nigra per adflatus haec quoque facta suos ; \\
    Semina praeterea populos genitura iuberis

    Spargere deuota lata per arua manu, \\
    Cui peterent natis secum tua corpora telis ;

    Illa est agricolae messis iniqua suo ; \\
    Lumina custodis succumbere nescia somno

    Vltimus est aliqua decipere arte labor. \\
    Dixerat Aeetes ; maesti consurgitis omnes,

    Mensaque purpureos deserit alta toros. \\
    Quam tibi tunc longe regnum dotale Creusae

    Et socer et magni nata Creontis erat? \\
    Tristis abis ; oculis abeuntem prosequor udis,

    Et dixit tenui murmure lingua \og uale \fg. \\
    Vt positum tetigi thalamo male saucia lectum,

    Acta est per lacrimas nox mihi, quanta fuit ; \\
    Ante oculos taurique meos segetesque nefandae,

    Ante meos oculos peruigil anguis erat. \\
    Hinc amor, hinc timor est ; ipsum timor auget amorem.

    Mane erat et thalamo cara recepta soror \\
    Disiectamque comas a\textit{u}ersaque in ora iacentem

    Inuenit et lacrimis omnia plena meis. \\
    Orat opem Minyis, alter petit, alter habebit

    Aesonio iuueni, quod orgat illa, damus. \\
    Est nemus et piceis et frondibus illicis atrum ;

    Vix illuc radiis solis adire licet. \\
    Sunt in eo (fuerant certe) delubra Dianae ;

    Aurea barbarica stat u. \\
    N\textit{o}scis an exciderunt mecum loca ? Venimus illuc ;

    Orsus es infido sic prior ore loqui : \\
    \og Ius tibi et arbitrium nostrae fortuna salutis

    Tradidit inque tua est uitaque morsque manu. \\
    Perdere posse sat est, siquem iuuet i\textit{st}a potestas :

    Sed tibi seruatus gloria maior ero. \\
    Per mala nostra precor, quorum potes esse leuamen,

    Per genus et numen cuncta uidentis aui, \\
    Per triplicis uultus arcanaque sacra Dianae

    Et si forte aliquos gens habet ista deos, \\
    O uirgo, miserere mei, miserere meorum ;

    Effice me meritis tempus in omne tuum. \\
    Quodsi forte uirum non dedignare Pelasgum

    (Sed mihi tam faciles unde meosque deos ?) \\
    Spiritus ante meus tenues uanescet in auras

    Quam thalamo nisi tu nupta sit ulla meo. \\
    Conscia sit Iuno sacris praefecta maritis

    Et dea, marmorea cuius in aede sumus. \fg \\
    Haec animum (et quota pars haec sunt ?) mouere puellae

    Simplicis et dextrae dextera iuncta meae. \\
    Vidi etiam lacrimas (an \textit{et} ars est fraudis in illis ?) ;

    Sic cito cum uerbis capta puella tuis. \\
    Iungis et aeripedes inadusto corpore tauros

    Et solidam iusso uomere findis humum. \\
    Arua uenenatis pro semine dentibus imples ;

    Nascitur et gladios scutaque miles habet ; \\
    Ipsa ego, quae dederam medicamina, pallida sedi,

    Cum uidi subitos arma tenere uiros, \\
    Donec terrigenae, facinus mirabile, fratres

    Inter se strictas conseruere manus. \\
    Insopor ecce draco squamis crepitantibus horrens

    Sibilat et torto pectore uerrit humum.\\
    Dotis opes ubi erant? ubi erat tibi regia coniunx

    Quique maris gemini distinet Isthmos aquas ? \\
    Illa ego, quae tibi sunt nunc denique barbara facta,

    Nunc tibi sum pauper, nunc tibi uisa nocens, \\
    Flammea subduxi medicato lumina somno

    Et tibi, quae raperes, uellera tuta dedi. \\
    Proditus est genitor, regnum patriamque reliqui ;

    Optima cum cara matre relicta soror ; \\
    Virginitas facta est peregrini praeda latronis ;

    Munus, in exilio quodlibet esse, tuli.\\
    At non te fugiens sine me, germane, reliqui ;

    Deficit hoc uno littera nostra loco ; \\
    Quod facere ausa mea est, non audet scribere dextra ;

    Sic ego, sed tecum, dilaceranda fui. \\
    Nec tamen extimui (quid enim post illa timerem ?)

    Credere me pelago, femina iamque nocens. \\
    Numen ubi est ? ubi di ? meritas subeamus in alto

    Tu fraudis poenas, credulitatis ego.\\
    Comp\textit{lex}os utinam Symplegades elisissent

    Nostraque adhaererent ossibus ossa tuis, \\
    Aut nos Scylla rapax canibus misisset edendos

    (Debuit ingratis Scylla nocere uiris), \\
    Quaeque uomit totidem fluctus totidemque resorbet,

    Nos quoque Trinacriae supposuisset aquae ! \\
    Sospes ad Haemonias uictorque reuerteris urbes ;

    Ponitur ad patrios aurea lana deos. \\
    Quid referam Peliae natas pietate nocentes

    Caesaque uirginea membra paterna manu ? \\
   {} [Vt culpent alii, tibi me laudare necesse est,

    Pro quo sum totiens esse coacta nocens. ] \\
    Ausus es (o ! iusto desunt sua uerba dolori),

    Ausus es \og Aesonia, dicere, cede domo. \fg \\
    Iussa domo cessi natis comitata duobus

    Et, qui me sequitur semper, amore tui. \\
    Vt subito nostras Hymen cantatus ad aures

    Venit et accenso lampades igne micant \\
    Tibiaque effundit socialia carmina uobis,

    Ei mihi ! funerea flebiliora tuba, \\
    Pertimui nec adhuc tantum seclus esse putabam ;

    Sed tamen in toto pectore frigus erat. \\
    Turba ruunt et \og Hymen \fg clamant \og Hymenaee \fg frequenter ;

    Quo propior uox haec, hoc mihi peius erat. \\
    Diuersi flebant serui lacrimasque tegebant

    (Quis uellet tanti nuntius esse mali ?) ; \\
    Me quoque, quidquid erat, potius nescire iuuabat,

    Sed tamquam scirem, mens mea tristis erat, \\
    Cum minor e pueris \textit{casu} studio\textit{ue} uidendi

    Adstitit ad geminae limina prima foris : \\
    \og H\textit{u}c mihi, mater, a\textit{d}i ! pompam pater, inquit, Iason

    Ducit et adiunctos aureus urget equos. \fg \\
    Protinus abscissa planxi mea pectora ueste

    Tuta nec a digitis ora fuere meis. \\
    Ire animus mediae suadebat in agmina turbae

    Sertaque compositis demere rapta comis ; \\
    Vix me continui quin sic laniata capillos

    Clamarem \og meus est \fg iniceremque manus. \\
    Laese pater, gaude ; Colchi gaudete relicti ;

    Inferias umbrae fratris habete mei ; \\
    Deseror amissis regno patriaque domoque

    Coniuge, qui nobis omnia solus erat. \\
    Serpentis igitur potui taurosque furentes,

    Vnum non potui perdomuisse, uirum ; \\
    Quaeque feros pepuli doctis medicatibus ignes,

    Non ualeo flammas effugere ipsa meas. \\
    Ipsi me cantus herbaeque artesque relinquunt ;

    Nil dea, nil Hecates sacra potentis agunt. \\
    Non mihi grata dies ; noctes uigilantur amarae,

    \textit{Et} tener a \textit{m}isero pectore somnus \textit{a}b\textit{i}t ; \\
    Quae me non possum, potui sopire draconem ;

    Vtilior cuius quam mihi cura mea est. \\
    Quos ego seruaui, paelex amplectitur artus

    Et nostri fructus illa laboris habet. \\
    Forsitan et, stultae dum te iactare maritae

    Quaeris et in\textit{fe}stis auribus apta loqui, \\
    In faciem moresque meos noua crimina fingas.

    Rideat et uitiis laeta sit illa meis ; \\
    Rideat et Tyrio iaceat sublimis in ostro.

    Flebit et ardores uincet adusta meos. \\
    Dum ferrum flammaeque aderunt sucusque ueneni,

    Hostis Medeae nullus inultus erit. \\
    Quodsi forte preces praecordia ferrea tangunt,

    Nunc animis audi uerba minora meis. \\
    \textit{T}am tibi sum supplex quam tu mihi saep fuisti,

    Nec moror ante tuos procubuisse pedes. \\
    Si tibi sum uilis, communis respice natos :

    Saeuiet in partus dira nouerca meos. \\
    Et nimium similes tibi sunt et imagine tangor

    Et quotiens uideo lumina nostra madent. \\
    Per superos oro, per auitae lumina flammae,

    Per meritum et natos, pignora nostra, duos, \\
    Redde torum, pro quo tot res insana reliqui.

    Adde fidem dictis auxiliumque refer. \\
    Non ego te imploro contra taurosque uirosque,

    Vtque tua serpens uicta quiescat ope. \\
    Te peto, quem merui, quem nobis ipse dedisti,

    Cum quo sum pariter facta parente parens. \\
    Dos ubi sit, quaeris ? Campo numerauimus illo

    Quid tibi laturo uellus arandus erat ; \\
    A\textit{rdu}us ille aries uillo spectabilis auro

    Dos mea, quam, dicam si tibi \og redde \fg, neges. \\

\noindent Dos mea tu sospes, dos est mea Graia iuuentus.


    I nunc, Sisyphias, improbe, confer opes. \\
    Quod uiuis, quod habes nuptam socerumque potentis,

    Hoc ipsum, ingratus quod potes esse, meum est. \\
    Quos equidem actutum ... Sed quid praedicere poenam

    Attinet ? Ingentis parturit ira minas. \\
    Quo feret ira, sequar. Facti fortasse pigebit ;

    Et piget infido consuluisse uiro. \\
    Viderit ista deus, qui nunc mea pectora uersat.

    Nescio quid certe mens mea maius agit. \\
    \pend
    \endnumbering
    \end{Leftside}
%
    \begin{Rightside}
    \beginnumbering
 \pstart
    \noindent
        ... Mais, pour toi, à mon souvenir, je me suis consacrée, bien que reine des Colchidiens, lorsque tu implorais mon art pour te venir en aide. Alors, les sœurs qui partagent les sorts des mortels auraient dû dérouler mon fuseau. Alors, j'aurais pu, Médée, mourir dignement. Depuis lors, ce qui s'est continué de ma vie ne fut que douleur. Hélas ! Pourquoi un jour, l'arbre de Pélion, guidé par de jeunes bras, a-t-il navigué vers le bélier de Phrixus ? Pourquoi avons-nous vu un jour en Colchide l'Argo de Magnésie ? Pourquoi, troupe grecque, t'es-tu abreuvée à l'eau du Phase ? Pourquoi tes cheveux dorés, ta beauté et la grâce feinte de ta langue m'ont-ils charmée plus que de raison ? Ou bien, puisqu'une fois une nouvelle poupe avait touché nos sables et avait apporté d'audacieux hommes, que n'a-t-il, l'ingrat fils d'Éson , affronté sans protection les feux qu'exhalent les taureaux et leurs cornes d'airain recourbées? Pourquoi n'a-t-il pas jeté autant de graines qu'il avait semé d'ennemis pour que le cultivateur meure de sa propre culture ? Combien de perfidie auraient péri avec toi, scélérat ! Combien de maux auraient épargné ma tête ! Il y a quelque plaisir à reprocher un bienfait à un ingrat. Je m'en délecterai, seule réjouissance que j'obtiendrai de toi. Contraint, sans expérience, de diriger ta poupe vers les Colchidiens, tu pénétras dans les royaumes bienheureux de ma patrie. Là-bas, Médée, je fus ce que ta nouvelle épouse est ici. Son père est aussi riche qu'était le mien. \\

       L'un gouverne Éphyré baigné de deux mers, l'autre toute la région depuis la rive gauche du Pont jusqu'à la Scythie neigeuse. Éétès accueille comme hôte des jeunes Pélasgiens et vous foulez de vos corps de Grecs nos couches brodées. Alors, moi je t'ai vu ; alors j'ai commencé à savoir qui tu étais. Cette rencontre fut la première déchéance pour mon esprit. Et je t'ai vu et je fus perdue et je brûlai de feux inconnus, comme brûle la torche de pin devant les grands dieux. Et tu étais beau et mes destins m'entraînaient. Perfide, tu l'as senti. Qui est en effet capable de bien dissimuler l'amour ? La flamme trahie s'élève par sa propre révélation. Cependant, la loi te dictait d'attacher la charrue inaccoutumé au cou rebelle des taureaux indomptés. Les taureaux de Mars n'étaient pas seulement sauvages par leurs cornes ; leur souffle terrible était du feu, d'airain étaient leurs pieds massifs, leurs naseaux d'airain, rendu noir par leur souffle. En outre, on t'ordonne de semer de la main obéissante à travers des champs étendus des graines qui produiront des peuples qui attaqueront ton corps de traits nés avec eux. Cette moisson est défavorable pour son cultivateur. Tromper par quelque art les yeux du gardien qui ne sait succomber au sommeil, voilà ta dernière épreuve. Éétès avait parlé ; vous vous levez tous affligés, la table altière se sépare de ses couches de pourpre. Combien, pour toi, le royaume, dot de Créüse était alors loin et ton beau-père et la fille du grand Créon ? Triste, tu t'éloignes ; mes yeux humides te suivent du regard, toi qui pars, et ma langue te dit d'un fin murmure : \og Adieu \fg. Dès que je touchais mon lit dressé dans ma chambre, blessée par un mal, la nuit aussi longue fût-elle, était inondée de mes larmes. \\

    Devant mes yeux, les taureaux et les moissons criminelles, devant mes yeux le dragon qui veille. D'un côté l'amour, d'un autre la crainte ; la crainte augmente l'amour lui-même. Ce fut le matin et ma sœur chérie, reçue dans ma chambre, me trouva les cheveux défaits, couchée sur la face, tout chose remplie de mes larmes. Elle demande assistance pour les Myniens, l'un demande, l'autre recevra. Sa requête, c'est au fils d'Éson que nous l'accordons. Il y a un bois assombri par les sapins et les feuillages d'yeuse ; à peine les rayons du soleil peuvent y pénétrer. Il s'y trouve (du moins s'y trouvaient) des temples consacrés à Diane ; une statue dorée de la déesse s'y trouve, façonnée par une main barbare. Le sais-tu ou ces lieux ont-ils disparu en même temps que mon souvenir ? Nous y sommes allés ; d'une bouche déloyale, tu commenças à parler le premier : \og la fortune t'a donné le droit d'arbitrer notre destinée et ma vie et ma mort sont dans tes mains. C'est assez de pouvoir perdre ... Mais ... Je t'en conjure, par nos maux, dont tu peux être l'allègement, par ta race et par la puissance divine de ton aïeul qui voit tout, par le visage et les rites sacrés de la triple Diane, et si par hasard cette nation a d'autre dieux, ô, vierge, prends pitié de moi, prends pitié des miens. Fais-moi tienne pour toujours par tes bienfaits. Que si d'aventure tu ne dédaignes pas un Grec comme époux (mais comment les dieux me seraient-ils si favorables ?), mon esprit se dissipera dans les airs subtils avant qu'une autre épouse ne partage mon lit sinon toi. Que Junon soit complice, elle qui préside aux rites conjugaux et la déesse dont nous occupons le temple de marbre. \fg \\

    Ce serment, (et combien fut-il une partie!) émut l'esprit ingénu d'une jeune fille et ta main droite jointe à ma main. J'ai même vu des larmes (Existe-t-il un artifice de tromperie pour celles-ci aussi?) ; c'est ainsi que la jeune fille fut rapidement prise par tes paroles. Tu attelles les taureaux aux pieds d'airain sans que ton corps ne soit brûlé et tu fends la terre compacte avec la charrue, comme prescrit. Tu remplis les sillons de dents envenimées, comme semences ; des soldats en naissent et ils portent boucliers et glaives. Moi-même, qui t'avais donné le philtre, je m'assis, toute pâle, lorsque je vis des hommes imprévus tenir des armes jusqu'à ce que ses frères issus de la terre, ô phénomène incroyable !, eussent dirigé contre eux leurs épées dégainées. Voici le dragon qui ne dort jamais, hérissé d'écailles retentissantes, siffla et balaya la terre de son poitrail sinueux. Où étaient les richesses de ta dot ? Où était ta royale épouse et l'Isthme qui sépare les eaux d'une double mer. Moi, celle qui, finalement, suis maintenant devenue barbare pour toi, qui maintenant t'ai semblé pauvre, qui t'ai semblé criminelle, j'ai soumis au sommeil ses yeux de flamme par un charme et je t'ai donné la toison que tu as ravie sans péril. Mon père a été trahi, j'ai délaissé mon royaume et ma patrie. Avec une mère chérie, la meilleure sœur a été abandonnée ; ma virginité est devenue le butin d'un voleur étranger. Être en exil, où que ce soit, je l'ai supporté comme une faveur. Mais, en fugiens, mon frère, je ne t'ai pas laissé sans moi. En ce lieu seul notre lettre est incomplète ; ce que ma main droite a osé accomplir, elle n'ose pas l'écrire. Ainsi, moi, j'aurai dû être mise en pièce, mais avec toi.\\

    Cependant, je n'ai pas craint (car, que pouvais-je craindre après cela ?) de me confier à la mer, étant femme et déjà coupable. Où est la puissance divine, où sont les dieux ? Nous aurions dû subir en haute mer des châtiments mérités dans la mer, toi, celle de ta perfidie, moi, celle de ma crédulité. Si seulement les Symplégades nous avaient brisés, nous étant enlacés, et mes os auraient collés à tes os, ou si l'avide Scylla nous avait envoyés à dévorer aux chiens (Scylla aurait dû causer du tort aux hommes ingrats), et celle qui autant de flots et qui en ravale autant, aurait dû nous soumettre aussi aux eaux de la Sicile. Sauvé et vainqueur, tu reviens aux villes Hémoniennes. La laine dorée est offerte aux dieux de la patrie. Pourquoi rappellerais-je les filles de Pélias, criminelles par leur affection, les membres paternels découpés par une main virginale ? [ Bien que d'autres soient coupables, il est nécessaire pour toi de me louer, toi en faveur de qui j'ai été si souvent contrainte d'être criminelle.] Tu as osé (ô ! les mots manquent à ma juste souffrance), tu as osé dire : \og retire-toi du palais d'Éson. \fg Sur cet ordre, j'ai quitté le palais accompagné de mes deux enfants et mon amour pour toi qui me suit toujours. Aussitôt que le chant d'Hyménée chanté vint à mes oreilles, et que brillent les torches brûlèrent d'un feu ardent, et que la flûte déversa sur moi ses chants nuptiaux, hélas ! pour moi ! plus lamentables que la trompette funéraire, je suis épouvantée et je ne pensais pas encore que le crime fût si grand. Mais cependant, le froid s'emparait de toute ma poitrine. La foule se rue et crie \og Hymen\fg \og Hyménée \fg fréquemment ; plus les voix étaient proches, pire cela était pour moi. \\

     Mes esclaves, de tous côtés, pleuraient et cachaient leurs larmes (Qui voudrait être le messager d'un si grand malheur ?). Quel qu'il soit, il me plaisait mieux de ne pas le connaître, mais comme si je le connaissais, mon esprit était triste, lorsque le plus petit de mes enfants, par hasard ou par envie de voir se plaça sur le seuil de la porte à deux battants : \og viens près de moi, mère ! Jason, mon père, conduit le cortège et orné d'or, presse les chevaux attelés. \fg Immédiatement, après avoir déchiré mon vêtement, j'ai frappé ma poitrine et mon visage ne fut pas à l'abri de mes doigts. Mon esprit me persuadait de me rendre dans le cortège, au milieu de la foule, et d'ôter les couronnes ravies aux cheveux bien coiffés. Je me retins à peine de crier, les cheveux déchirés, \og il est mien ! \fg et mettre ma main sur toi. Père que j'ai outragé, réjouis-toi ; Colchidiens que j'ai abandonnés, réjouissez-vous ! Ombres de mon frère, recevez-moi comme victime expiatoire ! Je suis abandonnée, j'ai perdu et mon royaume, et ma patrie, et ma maison et mon époux, qui seul était tout pour moi. J'ai donc dompté complètement les serpents et les taureaux furieux, je fus incapable de dompter un homme, un seul ; moi qui ai chassé les feux sauvages de mes philtres savants, je n'ai pas la force d'échapper de moi-même à mes propres flammes. Mes charmes, mes herbes, mon art eux-mêmes m'abandonnent. Ni la déesse, ni les mystères de la puissante Hécate ne m'apportent rien ; le jour ne m'est plus agréable ; des nuits amères se passent sans dormir, et le tendre sommeil s'éloigne de mon cœur malheureux ; moi qui ai pu assoupir le dragon, je ne peux m'assoupir. Ma science est plus utile à quiconque qu'à moi-même. \\

    Les membres que j'ai sauvés, une rivale les étreint et c'est celle-là qui jouit des fruits de mes peines. Et peut-être aussi, tandis que tu cherches à te vanter auprès de ta folle épouse et que tu cherches à lui dire des paroles conformes à ses oreilles ennemies, tu façonnes sans doute\footnote{Nous avons rendu le subjonctif latin par cette expression.} de nouvelles accusations contre ma face et mes mœurs. Qu'elle rie et qu'elle soit joyeuse de mes vices, Qu'elle rie et qu'elle se couche, sublime, sur de la pourpre de Tyr. Elle pleura et brûlée, elle surpassera mes feux. Tant que le fer et les flammes et le suc du venin seront présents, nul ennemi de Médée ne sera impuni. Que si par hasard les prières touchent un coeur de fer, maintenant, écoute des paroles plus simples que mes sentiments. Devant toi, je suis aussi suppliante que toi tu le fus à de multiples reprises, et je n'hésite pas à tomber à tes pieds. Si je te suis méprisable, tourne ton regard vers nos enfants communs. La cruelle marâtre sévira contre mes enfants. Ils te sont trop semblables et je suis touchée par cette ressemblance et chaque fois que je les vois, mes yeux sont mouillés. Je t'en conjure, par les dieux d'en-haut, par la lumière de la flamme ancestrale, par mon service, par nos deux enfants, notre gage, rends-moi cette couche pour laquelle, insensée, j'ai abandonné tant de choses. Sois fidèle à tes promesses et viens à mon secours. Moi, je ne t'implore pas contre des taureaux et des hommes et pour qu'un serpent demeure endormi, vaincu par mon aide. C'est toi que je demande, toi que j'ai mérité, c'est toi qui t'es donné à moi, c'est avec toi devenu père que je suis devenue mère. Tu me demandes où est ma dot ? Je l'ai comptée dans ce champ qui a été labouré par toi pour emporter la toison. \\

    Ce bélier, difficile [à conquérir], brillant de ses poils d'or, est ma dot que si je te disais : \og rends-la \fg, tu refuserais. Ma dot, c'est celle qui t'a sauvé, ma dot, c'est la jeunesse grecque. Va maintenant, malhonnête, compare les richesses du fils de Sisyphe. Que tu vives, que tu aies une épouse et un beau-père puissants, cela-même, que tu puisses être ingrat, cela est mon oeuvre. Ce qu' assurément incessamment ... Mais quel est l'intérêt d'annoncer le châtiment ? L'ire enfante d'immenses menaces. La colère guidera mes actes. Peut-être me repentirai-je de mes agissements. Et je me repens d'avoir veillé sur un mari infidèle. Le dieu qui bouleverse mon cœur aura vu cela. Je ne sais ce qu'assurément mon esprit médite de plus grand.
     \pend
    \endnumbering
    \end{Rightside}
    \end{pairs}
    \Columns
 \end{landscape}

    \section{Vocabulaire}
    \newpage
    \end{document}


B.A.
Fichiers joints
pbtextshiftinlscape.pdf
(156.43 Kio) Téléchargé 10 fois
balf
Zetta-utilisateur
 
Messages: 3527
Inscription: Mercredi 02 Janvier 2008, 23:18
Statut actuel: Actif et salarié | Maître de conférence

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar Hurlu » Mercredi 26 Octobre 2016, 18:47

Merci pour la réponse. J'aimerais savoir s'il est possible de supprimer le trait noir de séparation des colonnes.

En ce qui concerne la traduction, merci pour la correction proposée. Celle-ci doit encore être retravaillée...

A ce propos, je comptais "couper" le texte latin en blocs (selon le sens ou la ponctuation)pour faire correspondre la traduction française plus en vis-à-vis.

J'ai essayé le code suivant mais les phrases latines ne se décalent que sur la première page :( :(


Auriez-vous une idée ?

Code: Tout sélectionner
\documentclass[a4paper,12pt]{article}
\usepackage[margin=2.5cm]{geometry}
\usepackage[latin,greek,frenchb]{babel}
\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage{amssymb}
\usepackage{amsfonts}
\usepackage{pdflscape}
\usepackage{supertabular}
\usepackage{yfonts}
\usepackage{parallel}
\usepackage{metre}
\usepackage{setspace}
\onehalfspace
\usepackage[bottom]{footmisc}
\usepackage{reledmac}
\usepackage{reledpar}
\usepackage{pdflscape}
\usepackage[hidelinks]{hyperref}
\makeatletter

\begin{document}
\maketitle
\tableofcontents
\newpage
\begin{landscape}
\section{Texte et traduction}
\begin{pairs}
\setlength{\Lcolwidth}{0.7\textwidth}
\setlength{\Rcolwidth}{0.7\textwidth}
\begin{Leftside}
\beginnumbering
\setstanzaindents{0,1}
\setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
\pstart
\setline{159}
\noindent

Texte latin colonne gauche page 1\\
Texte latin colonne gauche page 1

Texte latin colonne gauche page 1\\
Texte latin colonne gauche page 1

Texte latin colonne gauche page 1\\
\pend
\endnumbering
\end{Leftside}
\begin{Rightside}
\beginnumbering
\pstart
\setline{159}
\noindent Traduction colonne droite page 1\\
Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\
\pend
\endnumbering
\end{Rightside}
\Columns
\newpage
\begin{Leftside}
\beginnumbering
\setstanzaindents{0,1}
\setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
\pstart
\setline{179}
\noindent
Texte latin colonne de gauche page 2\\
Texte latin colonne de gauche page 2\\
Texte latin colonne de gauche page 2\\
Texte latin colonne de gauche page 2\\
Texte latin colonne de gauche page 2\\

\pend
\endnumbering
\end{Leftside}
\begin{Rightside}
\beginnumbering
\pstart \noindent
Traduction colonne de droite page 2\\
Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\
\pend
\endnumbering
\end{Rightside}
\Columns
\newpage
\begin{Leftside}
\beginnumbering
\setstanzaindents{0,1}
\setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
\pstart
\setline{210}
\noindent
Texte latin colonne de gauche page 3\\
Texte latin colonne de gauche page 3\\
Texte latin colonne de gauche page 3\\
Texte latin colonne de gauche page 3\\
Texte latin colonne de gauche page 3\\
\pend
\endnumbering
\end{Leftside}
\begin{Rightside}
\beginnumbering
\pstart \noindent
Traduction colonne de droite page 3\\
Traduction colonne de droite page 3\\
Traduction colonne de droite page 3\\
Traduction colonne de droite page 3\\
Traduction colonne de droite page 3\\
\pend
\endnumbering
\end{Rightside}
\Columns
\newpage
\begin{Leftside}
\beginnumbering
\pstart
\setline{234}
\noindent Texte latin colonne de gauche page 4\\
Texte latin colonne de gauche page 4\\Texte latin colonne de gauche page 4\\Texte latin colonne de gauche page 4\\Texte latin colonne de gauche page 4\\Texte latin colonne de gauche page 4\\
\pend
\endnumbering
\end{Leftside}
\begin{Rightside}
\beginnumbering
\pstart \noindent
Traduction colonne de droite page 4\\
Traduction colonne de droite page 4\\Traduction colonne de droite page 4\\
Traduction colonne de droite page 4\\
Traduction colonne de droite page 4\\
\pend
\endnumbering
\end{Rightside}
\Columns
\newpage
\end{pairs}
\end{landscape}
\newpage
\section{Realia et commentaires}
\begin{description}
\item[\textit{Haemoniae}:] le terme désigne ici la Thessalie, soit la région du nord-est de la Grèce, située à l'est de l'Epire et au sud de la Macédoine occidentale. On apprend par Strabon (\textsc{Strab.}, geog. 9, 5, 23) que l'Hémonie était pour les uns un nom primitif de la Thessalie; pour les autres, il s'agissait du nom de la portion septentrionale de la région, l'autre étant appelée successivement Pandore puis Hellas, tandis que l'Hémonie prenait pour toponyme Thessalie. Quoi qu'il en soit de ces considérations territoriales, le nom est dérivé de celui d'Hémon, dont Pausanias (\textsc{Paus.} 8, 44, 1) nous apprend qu'il était le fils de Lycaon et qu'il avait fondé la ville d'Hémonies, en Arcadie. Il est à noter qu'Ovide, dans le premier livre des \textit{Métamorphoses} (\textsc{Ov.}, met. 1, 163-241), tient l'impiété de Lycaon pour responsable du déluge deucalionien. Le fils d'Hémon, Thessalus, aurait ensuite légué son nom à l'Hémonie (\textsc{Strab.}, geog. 9, 5, 23).
\end{description}}
 
\end{document}
Hurlu
Déca-utilisateur
 
Messages: 41
Inscription: Mercredi 09 Mars 2016, 14:40
Statut actuel: Actif et salarié

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar balf » Vendredi 28 Octobre 2016, 10:37

Concernant la ligne verticale séparant les deux colonnes de texte, il suffit de ne pas mettre la commande
Code: Tout sélectionner
\setlength{\columnrulewidth}{0.4pt}
Pour le code proposé, j'ai des messages d'erreur à la compilation. Il semble que reledmac/reledpar ne supporte qu'un couple Leftside/Rightside par environnement pairs. En tout cas, ça compile si l'on crée un environnement par page.

Dernier point : pour ne pas avoir de décalage, il est préférable (indispensable ?) de fixer les valeurs de Lcolwidth et Rcolwidth avant d'entrer dans l'environnement pairs. Pour ma part, je les ai fixées avant de rentrer dans l'environnement landscape, de sorte qu'elles sont exprimées en fonction de \textheight.
Code: Tout sélectionner
    \documentclass[a4paper,12pt]{article}
    \usepackage[margin=2.5cm, nomarginpar]{geometry}
%\usepackage{showframe} %
%\renewcommand\ShowFrameLinethickness{0.3pt}

\usepackage[latin,greek,frenchb]{babel}
    \usepackage[utf8]{inputenc}
    \usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage{lmodern} \usepackage{amssymb}
    \usepackage{amsfonts}
    \usepackage{pdflscape}
    \usepackage{supertabular}
    \usepackage{yfonts}
    \usepackage{parallel}
    \usepackage{metre}
    \usepackage{setspace}
    \onehalfspace
    \usepackage[bottom]{footmisc}
    \usepackage{reledmac}
    \usepackage{reledpar}
    \usepackage{pdflscape}
    \usepackage[hidelinks]{hyperref}
    \makeatletter

    \begin{document}

    \tableofcontents
    \newpage
    \setlength{\Lcolwidth}{0.45\textheight}
    \setlength{\Rcolwidth}{0.45\textheight}
    \begin{landscape}
    \section{Texte et traduction}
    \begin{pairs}
    \begin{Leftside}
    \beginnumbering
    \setstanzaindents{0,1}
    \setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
    \pstart
    \setline{159}
    \noindent

    Texte latin colonne gauche page 1\\
    Texte latin colonne gauche page 1

    Texte latin colonne gauche page 1\\
    Texte latin colonne gauche page 1

    Texte latin colonne gauche page 1\\
 \pend
    \endnumbering
    \end{Leftside}
    \begin{Rightside}
    \beginnumbering
    \setstanzaindents{0,1}
    \setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
    \pstart
    \setline{159}
    \noindent Traduction colonne droite page 1\\
    Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\Traduction colonne droite page 1\\
    \pend
    \endnumbering
    \end{Rightside}
    \end{pairs}
 \Columns
 \newpage

    \begin{pairs}
 \begin{Leftside}
 \beginnumbering
 \setstanzaindents{0,1}
 \setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
 \setline{179}
 \pstart
 \hspace*{\dimexpr-\stanzaindentbase-\fontdimen2\font}
 Texte latin colonne de gauche page 2

  Texte latin colonne de gauche page 2\\ %
 Texte latin colonne de gauche page 2

  Texte latin colonne de gauche page 2\\%
 Texte latin colonne de gauche page 2\\
 \pend
 \endnumbering
 \end{Leftside}
 \begin{Rightside}
 \beginnumbering
 \pstart \noindent
 Traduction colonne de droite page 2\\
 Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\Traduction colonne de droite page 2\\
 \pend
 \endnumbering
 \end{Rightside}
    \end{pairs}
 \Columns
 \newpage
 \begin{pairs}
 \begin{Leftside}
 \setstanzaindents{0,1}
 \setcounter{stanzaindentsrepetition}{1}
 \beginnumbering
 \pstart
 \setline{210}
 \hspace*{\dimexpr-\stanzaindentbase-\fontdimen2\font}
 Texte latin colonne de gauche page 3

  Texte latin colonne de gauche page 3\\
 Texte latin colonne de gauche page 3

 Texte latin colonne de gauche page 3\\
 Texte latin colonne de gauche page 3\\
 \pend
 \endnumbering
 \end{Leftside}
 \begin{Rightside}
 \beginnumbering
 \pstart \noindent
 Traduction colonne de droite page 3\\
 Traduction colonne de droite page 3\\
 Traduction colonne de droite page 3\\
 Traduction colonne de droite page 3\\
 Traduction colonne de droite page 3\\
 \pend
 \endnumbering
 \end{Rightside}
 \end{pairs}
 \Columns
 \newpage
 \begin{pairs}
 \begin{Leftside}
 \beginnumbering
 \pstart
 \setline{234}
 \hspace*{\dimexpr-\stanzaindentbase-\fontdimen2\font}
Texte latin colonne de gauche page 4 %

 Texte latin colonne de gauche page 4\\
 Texte latin colonne de gauche page 4 %

 Texte latin colonne de gauche page 4 \\ %
 Texte latin colonne de gauche page 4

 Texte latin colonne de gauche page 4\\
 \pend
 \endnumbering
 \end{Leftside}
 \begin{Rightside}
 \beginnumbering
 \pstart \noindent
 Traduction colonne de droite page 4\\
 Traduction colonne de droite page 4\\Traduction colonne de droite page 4\\
 Traduction colonne de droite page 4\\
 Traduction colonne de droite page 4\\
 \pend
 \endnumbering
 \end{Rightside}
 \newpage
    \end{pairs}
 \Columns
    \end{landscape}
    \newpage
    \section{Realia et commentaires}
    \begin{description}
    \item[\textit{Haemoniae}:] le terme désigne ici la Thessalie, soit la région du nord-est de la Grèce, située à l'est de l'Épire et au sud de la Macédoine occidentale. On apprend par Strabon (\textsc{Strab.}, \emph{Géog.} IX, 5, 23) que l'Hémonie était pour les uns un nom primitif de la Thessalie; pour les autres, il s'agissait du nom de la portion septentrionale de la région, l'autre étant appelée successivement Pandore puis Hellas, tandis que l'Hémonie prenait pour toponyme Thessalie. Quoi qu'il en soit de ces considérations territoriales, le nom est dérivé de celui d'Hémon, dont Pausanias (\textsc{Paus.}, \emph{Descr.} VIII, 44, 1) nous apprend qu'il était le fils de Lycaon et qu'il avait fondé la ville d'Hémonies, en Arcadie. Il est à noter qu'Ovide, dans le premier livre des \textit{Métamorphoses} (\textsc{Ov.}, \emph{Mét.} I, 163-241), tient l'impiété de Lycaon pour responsable du déluge deucalionien. Le fils d'Hémon, Thessalus, aurait ensuite légué son nom à l'Hémonie (\textsc{Strab.}, \emph{Géog.} IX, 5, 23).
    \end{description}

    \end{document}

Résultat en p. j. Est-ce à peu près ce que vous voulez ?

B. A.
Fichiers joints
pbreledmac.pdf
(135.33 Kio) Téléchargé 12 fois
balf
Zetta-utilisateur
 
Messages: 3527
Inscription: Mercredi 02 Janvier 2008, 23:18
Statut actuel: Actif et salarié | Maître de conférence

Re: Texte décalé à droite dans des colonnes

Messagepar Hurlu » Vendredi 28 Octobre 2016, 16:38

Merci. C'est exactement ce que je voulais. :D
Hurlu
Déca-utilisateur
 
Messages: 41
Inscription: Mercredi 09 Mars 2016, 14:40
Statut actuel: Actif et salarié


Retourner vers LaTeX

 


  • Articles en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], Google [Bot], Google Adsense [Bot] et 27 invités